Méditations Synchronicités Mystique  quantique





   Métaphysique quantique  




La métaphysique (ou mystique) quantique
est un pont lancé entre science et spiritualité par quelques physiciens courageux et novateurs.



Dès le début du XXiéme siècle les prémices d'un mysticisme quantique sont apparus au sein même des fondateurs de la théorie quantique
alors qu'ils débattaient des interprétations et implications de leur théorie en gestation.
Les caractéristiques déroutantes de la théorie quantique et les questions ontologiques qui en découlent ont confronté les chercheurs à la difficulté de distinguer
les discussions philosophiques des débats scientifiques.
Par nature la physique quantique semble ouvrir à la métaphysique, et suggèrer une physique de la conscience.

Wolfgang Pauli considérait que les connaissances en physique quantique « font apparaître une situation qui transcende la science »
et pourrait avoir une « fonction religieuse » dans l’expérience humaine.
Il travailla par la suite avec CG Jung sur la notion de "synchronicités".
Einstein, de son coté, était opposé à ce genre de démarche.


Après guerre le débat continue avec les publications de Schrödinger jusqu'à l'article d’Eugene Wigner en 1961.Mais les physiciens rentrent dans le rang peu à peu.


En 1975 Fritjof Capra ( physicien américain né en Autriche en 1939) sort son livre Le Tao de la physique
C'est ce livre qui a popularisé le courant de pensée parfois appelé mysticisme quantique, qui connaîtra quelques dérives et abus au travers du New Age
mais qui a aussi influencé un certain nombre de "scientifiques" (ingénieurs, polytechniciens, physiciens relativistes ou quantiques)

Capra a montré que dans l'hindouisme, le taoïsme et le védisme, on trouvait des éléments d'explication du fonctionnement de l'Univers
qui rejoignaient la vision qu'en avait les physiciens contemporains.

« L'univers est engagé dans une danse cosmique ininterrompue. C'est un système composé d'éléments inséparables, sans cesse en mouvement,
animés par un continuel processus d'interaction. L'observateur en fait partie intégrante. Ce système reflète une réalité, située au-delà du monde
de la perception sensorielle ordinaire, il implique des dimensions plus vastes et transcende le langage ordinaire et la logique raisonnante. »



Après Capra en 1980, un livre de David Bohm, "Wholeness and the Implicate Order", expose sa thèse de l'"ordre implicite" sur des bases de physique quantique.
Cet ouvrage et les prises de position de Bohm, furent très critiqués par son ami et prix Nobel Steven Weinberg.
En 1979, le livre The Dancing Wu Li Masters de Gary Zukav (en anglais) établit des parallèles similaires.

Un livre du médecin Deepak Chopra, en 1988, intitulé Quantum Healing (guérison quantique) expose une théorie de la guérison psychosomatique
en utilisant des concepts quantiques.
En 1993, son best seller du New York Times : Ageless Body, Timeless Mind se vend à plus de deux millions d’exemplaires à travers le monde.
Il y développe des thèses sur le renversement du processus de vieillissement, l’immortalité par l’adoption d’une " vision quantique du monde".
Gros succès en Inde et aux USA mais il est aussi très controversé pour le manque de cohérence ou de preuve scientifique
(passage de la physique quantique au processus de guérison).

Depuis les années 1990, le physicien américain John Hagelin a développé une théorie de champ unifié sur la base des supercordes.
Il a reçu le Kilby International Awards (en) pour ses travaux en physique des particules, et dans le développement de la théorie supersymétrique du champ unifié
mais il est très controversé depuis à cause de ses recherches au sein du mouvement de "Méditation transcendantale" et de ses positions très décalées.

Philippe Guillemant publie en 2014 "la route du temps". En partant du phénomène des synchronicités, il y expose sa "Théorie de la Double Causalité"
qui s'intéresse avant tout à la délicate question de notre libre arbitre dans un monde où notre futur serait déjà réalisé, mais perpétuellement en train de se modifier,
sous l'influence de nos intentions et de nos observations.
En 2015, il sort "la physique de la conscience".

On peut aussi citer en français:
Jean-Emile Charon (1920-1998) physicien et philosophe qui introduisit dans les années 60 la notion d'infrapsychisme (l'esprit dans les particules) :
pour Charon, toute particule a deux regards, un de conscience (onde psi), un de mémoire (onde sigma). (voir "L'être et le Verbe par exemple)
Emmanuel Ransford chercheur indépendant (L'univers quantique enfin expliqué.